MUCEM

Billet coup-file pour les expositions du Mucem à Marseille

Informations

Présentation

A Marseille, dans un cadre exceptionnel, découvrez le Mucem, premier musée consacré aux civilisations de la méditerranée des origines à nos jours.

Vous pourriez visiter le Mucem à Marseille deux fois et vivre deux expériences totalement différentes. Le magnifique musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée abrite l'une des plus importantes collections d'art et de culture méditerranéens du monde.

Le Mucem : nouveau musée marseillais

Lorsque vous arrivez au Mucem, vous comprenez immédiatement que ce musée propose une expérience unique. Le nouveau musée marseillais, ouvert le 7 juin 2013 se consacre à la préservation et à l'étude de l'art et de la culture méditerranéens. Une merveille architecturale en soi !

Après avoir admiré la superbe façade du bâtiment, entrez et laissez libre cours à votre curiosité en découvrant une collection qui abrite de nombreux trésors et de curiosités culturelles de la Méditerranée.

Mucem  J4 : Amitiés, créativité collective, jusqu'au 13 février 2023 

En 1871, à l’Hôtel des Étrangers, au Quartier Latin, au moment de La Commune de Paris (à laquelle plusieurs d’entre eux ont pris part), une dizaine des plus grands poètes rebelles dont Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Charles Cros, Germain Nouveau et André Gill se sont réunis autour d’un projet commun, co-écrit et dessiné, hors gabarit et, à plus d’un égard, subversif : l’Album Zutique. Ce fut une des premières et des plus importantes œuvres collectives annonciatrices de l’esprit moderne en Europe.

Au cours du XXe siècle, certains artistes et poètes se sont consacrés, plus loin encore que les autres, à l’expérimentation intersubjective et aux méthodes de travail coopératives. Pour commencer, les dadaïstes et les surréalistes : les Cadavres Exquis d’abord écrits puis dessinés collectivement à partir de 1922 selon le principe de collaboration intuitive ou « automatique », en constitue le plus éclatant exemple. C’est ce mélange explosif des inventions d’artistes et d’écrivains professionnels avec ceux des « citoyens ou citoyennes venus d'ailleurs » qui a fourni un des apports les plus disruptifs et libérateurs de « l’éros de groupe ».

Au regard de la production artistique des XXe et XXIe siècles, il apparaît que de nombreuses collaborations entre artistes sont le fruit d’amitiés, de rencontres fortuites ou délibérées (comme l’Œil Cacodylate de Picabia et ses proches, en 1921, ou comme le Grand Tableau antifasciste collectif, cri de révolte chorale contre le colonialisme et la torture de 1960). Ici, c’est le mode de production spontané, permettant de démultiplier les énergies créatrices, qui importe plus que toute autre préoccupation technique ou formelle.

De Picasso à Picabia, de Gabrielle Buffet à Arp, de Hains à Bryen ou Villeglé, de Matta à Brauner, de Brecht à Filliou, de Beuys à Paik, de Salomé à Fetting, de Camilla Adami à Peter Saul, de Klein à Saint-Phalle et Tinguely, de Spoerri à Kaprow, de McCarthy à Rhoades, de Roth à Rainer, de Burroughs à Gysin, de Pommereulle à Fleischer (sans oublier les différentes formes d’art-action, dont le happening), 117 œuvres sont réunies proposant — pour la première fois — différents types d’œuvres collaboratives provenant de collections publiques et privées.

Cette exposition apporte une preuve que des philosophes, des écrivains, des musiciens, des cinéastes — tous genres confondus — ont également produit des œuvres collectives expérimentales qui, par leur singularité même, mettent en jeu et en question l’échelle des « valeurs marchandes » et les codes esthétiques dominants.

Mucem : exposition permanente Connectivités, jusqu'au 13 mars 2023 :

Depuis novembre 2017, la deuxième section de La Galerie de la Méditerranée accueille l'exposition permanente « Connectivités » : une histoire des grandes cités portuaires de la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles - Istanbul, Alger, Venise, Gênes, Séville et Lisbonne sont alors les points stratégiques de pouvoir et d’échanges dans une Méditerranée qui voit naître la modernité entre grands empires et globalisation.
Prenant pour socle de réflexion La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, l’exposition propose de suivre les pas de l’historien Fernand Braudel et d’aborder cette Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles non pas comme un objet d’étude aux bornes chronologiques strictes, mais comme un personnage dont il s’agirait de raconter l’histoire en l’inscrivant dans la longue durée, allant jusqu’à l’interroger dans la période contemporaine.

Invitant les visiteurs à un saut dans le temps, cette histoire urbaine est également abordée aujourd’hui, à travers l’évolution de territoires portuaires contemporains : les mégapoles d’Istanbul et du Caire et les métropoles de Marseille et de Casablanca. Il s’agit en effet d’aborder la ville en développement comme le lieu vers lequel convergent et s’intensifient les flux, les connections, les échanges, et donc, le pouvoir.
Afin de nourrir la richesse des sujets abordés, l’accrochage de l’exposition est régulièrement renouvelé.
À partir de novembre 2019, les évolutions les plus notables concernent la partie contemporaine de l’exposition.

Le grand Mezzé, exposition semi-permanente du Mucem jusqu'au 31 décembre 2023 :

La Galerie de la Méditerranée est l’espace d’expositions permanentes du Mucem. Sa première section accueille une nouvelle présentation : "Le grand mezzé".

Nous connaissons tous le slogan nous invitant à « manger cinq fruits et légumes par jour », mais qui sait que cette recommandation s’inspire du "régime crétois", aussi appelé "diète méditerranéenne" ? Ce concept, créé dans les années 1960 par l’épidémiologiste américain Ancel Keys, a été inscrit en 2010 par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, favorisant ainsi sa reconnaissance et sa mondialisation.

 

Exposition au Mucem J4 : La Chambre d'amis, jusqu'au 13 février 2023

Le Mucem met son réseau de musées partenaires à l’honneur. Après le musée archéologique de La Canée en Crète (reçu d’octobre 2021 à février 2022) et le musée national de la Marine (d’avril à août 2022), la Chambre d’amis du Mucem accueille à l’automne 2022 une sélection d’une dizaine d’objets issus des collections européennes du MARKK (Museum am Rothenbaum) de Hambourg, en Allemagne.

Le MARKK et le Mucem participent, avec 12 autres musées européens, au projet Taking Care qui s’inscrit dans le cadre du programme Europe Creative porté par l’Union européenne. Ce projet invite les partenaires à réfléchir ensemble aux pratiques des musées conçus comme des espaces de « care », prêts à relire leur histoire de manière critique et à imaginer d’autres possibles, durables et partagés.

Le MARKK, musée d’ethnographie fondé en 1879, a depuis plusieurs années initié une réflexion sur l’histoire de ses collections et notamment sur celle de leurs conditions de collecte. Les objets choisis pour cette présentation témoignent de cet important travail de relecture. 
Au début du XXe siècle, le musée ethnographique de Hambourg avait fait le choix, contrairement à d’autres institutions, de recueillir des témoins de la culture matérielle européenne. Il s’agissait de collecter des objets perçus comme « exotiques », issus de régions rurales considérées en marge des changements sociaux profonds qui transformaient alors l’Europe. 

Au-delà de ce regard romantique, les objets présentés dans cette exposition sont porteurs d’un intérêt affirmé pour les croyances et pratiques dites populaires, mais aussi d’une interrogation autour de la notion d’identité. Ils permettent de faire transparaître les considérations qui ont guidé les collectes, de les recontextualiser et d’en proposer une analyse critique. 

Exposition au Mucem J4 : L’ami·e modèle, jusqu'au 12 décembre

La Société Pernod Ricard France, à travers sa Fondation, invite l’artiste et commissaire Mathieu Mercier à déployer au cœur du Mucem une installation célébrant l’amitié dans l’art.

Imaginée comme une boîte à souvenirs, remplie d’images rappelant des moments de complicité, « l’ami·e modèle » est une installation de portraits d’artistes réalisés par des artistes, dont beaucoup ont fait l’histoire de la fondation Pernod Ricard. L’accrochage saturé, empruntant aux salons du 19e siècle, dessine un paysage intime et incarné de la scène contemporaine française. Une manière aussi de jouer de l’ambiguïté de l’existence possible de lignées et de filiations. Loin de l’exercice de style, l’installation ne cherche pas à faire état de ce que pourrait être un art du portrait. Plutôt, elle s’arpente comme une maison remplie d’histoires et de personnes, qui se découvre et se redécouvre.

Exposition au Mucem Fort Saint-Jean Ghada Amer, A woman's voice is revolution , du 17 septembre au 16 avril 2023

Dès le 17 septembre, découvrez cette œuvre de l’artiste Ghada Amer dans les jardins du fort Saint-Jean.

A Woman’s Voice is Revolution est la première sculpture-jardin de Ghada Amer en langue arabe. Une dizaine d'années après le Printemps arabe en Egypte, l’artiste s’adresse aux activistes féministes dont les voix se sont alors fait entendre.

Par l’ajout de quelques signes, elle détourne un dicton traditionaliste très répandu dans le monde arabe, en slogan militant :
sawt almar'at eawra           La voix de la femme est objet de pudeur
sawt almar'at thawra          La voix de la femme est Révolution

Les matériaux employés soulignent la valeur subversive et émancipatrice de la phrase ainsi créée. Remplies de charbon, les lettres de l’inscription évoquent le feu de la révolte. Elles tranchent avec le feuillage bleuté de l’hélichryse de Corse, une plante méditerranéenne aux vertus cicatrisantes, aussi nommée Immortelle : quelle meilleure invitation à la résilience et à la persévérance ?

Cette sculpture-jardin est produite par le Mucem à l’occasion de la première exposition rétrospective de l’artiste en France, conçue par le Mucem et présentée à partir du 1er décembre 2022 dans plusieurs lieux marseillais :
« Ghada Amer sculpteure », dans la chapelle du Centre Vieille Charité, du 1er décembre 2022 au 16 avril 2023.
« Ghada Amer. Orient - الغرب | الشرق – Occident », au Mucem, du 1er décembre 2022 au 16 avril 2023.
L’exposition « Ghada Amer » est la première rétrospective de l’artiste en France.

Déployée sur trois lieux (Mucem, FRAC et Centre de la Vieille Charité), elle réunit les différents modes d’expression plastique de l’artiste franco-égyptienne, depuis ses débuts jusqu’à ses créations les plus récentes (dont huit œuvres inédites).

Née au Caire en 1963, Ghada Amer s’installe à Nice avec ses parents en 1974. Elle s’y formera à la villa Arson avant de rejoindre l’Institut des hautes études en arts plastiques à Paris. Révoltée par la difficulté de s’affirmer comme peintre dans les années 1980 – et a fortiori comme femme peintre –, Ghada Amer élabore une œuvre de toiles et d’installations brodées ainsi que de sculptures et de jardins, à travers lesquels la peinture s’affirme progressivement.
En 1999, elle est invitée par Harald Szeemann à exposer à la Biennale de Venise, où elle reçoit le prix UNESCO. Depuis 1996, elle vit et travaille à New York.

La broderie, la peinture, la céramique, le bronze et la création de sculptures-jardins sont autant de techniques par lesquelles Ghada Amer s’affirme aujourd’hui comme une voix majeure des enjeux postcoloniaux et féministes de la création contemporaine. Au gré de son parcours entre ce qu’on appelle l’Orient et ce qu’on appelle l’Occident, Ghada Amer interroge d’une culture à l’autre les représentations, les rapports de domination, les processus d’assimilation ou d’opposition.

« Ghada Amer. Witches and Bitches », au FRAC-PACA, du 1er décembre 2022 au 26 février 2023.

Exposition au Mucem, Fort Saint-Jean : Terre de A à Z du 9 novembre au 17 avril 2023

« A » comme « argile », « B » comme « barbotine », « C » comme « carreaux », « D » comme « Delft »… L’exposition « Terre de A à Z » déploie son abécédaire en 26 lettres, composé à partir des collections du Mucem.

La terre est à la fois l’un des premiers et l’un des plus anciens matériaux mis à la disposition de l’homme : la céramique, dont le nom vient du grec ancien kéramos (signifiant « terre à potier » ou « argile »), fut le premier art du feu, bien avant le travail du verre ou du métal. 

C’est avant tout la terre qui est au fondement du travail de la céramique ! Ensuite, à l’aide de l’eau, les mains de l’artisan la travaillent afin de la rendre plus malléable, de la modeler et de la mettre en forme. Puis l’air intervient et enveloppe les pièces lors du séchage. Enfin, le feu vient révéler les couleurs et les transparences, et apporte la touche finale aux céramiques, un résultat parfois surprenant…

Parce qu’elle associe les quatre éléments, l’eau et la terre, le feu et l’air, la céramique s’est très tôt chargée d’une dimension symbolique. 

Sur le principe de la vitrine « De la terre au pot » (autrefois présentée dans la galerie culturelle de l’ancien musée national des Arts et Traditions populaires), cette exposition explore les formes et leur permanence, les gestes et techniques, ainsi que la virtuosité des artisans qui provoquent ces métamorphoses et élaborent ces créations. 

A Savoir :
Ouverture : tous les jours sauf le mardi, le 25 décembre, le 1er mai

Horaires d'ouverture du Mucem :

Le Mucem est ouvert tous les jours sauf le mardi.
Fermeture exceptionnelle les 1er mai et 25 décembre.
• A partir du 7 novembre : 10h—18h
• Du 6 avril au 8 juillet : 10h—19h

A savoir : Entrée gratuite pour les moins de 18 ans.

Visite tout public : le Mucem dispose d’un espace enfant 3-12 ans : Île aux trésors, accessible gratuitement sur présentation du billet d’entrée des parents.

Votre pass journée pour le Mucem :

- Le Pass journée est valable une journée, pour un seul passage au contrôle. Vous choisissez une date de visite à titre indicatif. Votre billet est valable pour la durée de l'exposition choisie.

Afin d'accéder au MUCEM, vous devez impérativement présenter le code-barres présent sur ce billet électronique (billet imprimé ou sur votre mobile).
Votre billet est valable jusqu'au 30/06/2023 pour un seul passage au contrôle

dès 9,5€

Photos & Vidéos

MUCEM - Avis des spectateurs (0)

Aucun avis rédigé.
Rédiger Un Avis
map-head

MUCEM

Esplanade du J4
13002 Marseille

Voir la salle

Comment venir au Mucem ?

METRO : Arrêt Vieux-Port ou Joliette (10 minutes de marche environ)

BUS : Ligne 82 et 82s (arrêt Littoral Major ou Fort Saint-Jean)—ligne de nuit 582
Ligne 60 (arrêt Littoral Major ou Fort Saint-Jean)
Ligne 49 (arrêt Église Saint-Laurent, Littoral Major ou Fort Saint-Jean)

TRAMWAY : Tram T2 arrêt République, Dames ou Joliette (10-15 minutes de marche environ)

VELO : Station Vélo n°2179—Quai du Port
Station Vélo n°2031—Joliette
Station Vélo n°2210—Esplanade du J4

  • ASSURANCE REMBOURSEMENT

  • PLACES SUR PLAN

  • SERVICE CLIENT

  • PAIEMENT SÉCURISÉ

Newsletter

Ne manquez aucun bon plan ! Avec notre newsletter hebdomadaire

Les informations recueillies ci-dessus sont destinées à Ticketac afin de vous adresser notre newsletter. Vous pouvez à tout moment modifier vos préférences et vous opposer à recevoir des offres par courrier électronique en utilisant le lien de désabonnement figurant dans chaque message provenant de notre société, demander à accéder, à faire rectifier ou à faire supprimer, les informations vous concernant traitées par notre société. Pour exercer vos droits auprès de notre société, écrivez à dpo@ticketac.com. Pour en savoir plus sur vos droits, consultez notre Politique de Confidentialité.

Chargement ...