Présentation

Le 25 août 1944, les Alliés arrivent aux portes de Paris. Peu avant l'aube Dietrich von Choltitz (Niels Arestrup), Gouverneur du Grand Paris, se prépare sur ordre d'Adolf Hitler à faire sauter la capitale. Mais chacun d'entre nous sait que Paris ne sera pas détruit. Pour quelles raisons von Choltitz, un général nazi dont la loyauté à l'égard du IIIème Reich était sans borne, n'a-t-il pas exécuté les ordres du Führer ? Une rencontre a peut-être changé le cours de l'histoire ; est-ce Raoul Nordling (André Dussollier), l'ambassadeur de Suède à Paris, qui aurait fait basculer l'opinion du général ? Cyril Gély, dans 'Diplomatie' imagine l’âpre négociation entre les deux hommes et par quels moyens Nordling l’aurait-il emporté sur le général. Les reports ne sont pas autorisés pour ce spectacle !

Avis spectateurs

Rédiger Un Avis

4

Un authentique indigné ! Si vous n'aimez pas BHL, passez votre chemin ! Mais si vous considérez que cet homme a énormément de choses intéressantes à dire, allez voir ce spectacle où cette parole forte est portée par une performance d'acteur, Jacques Weber, juste exceptionnelle de bout en bout. Vous vous rappellerez cette phrase d'un rabin lithuanien en substance : "Dieu a créer le monde mais seuls les mots des hommes peuvent empêcher qu'il soit décréer" et qu'à Sarajevo on a massacré au coeur de l'Europe il y a 100 ans ... et il y a 20 ans !

Hervé Barbès - 10/10/2014

5

un excellent souvenir des acteurs merveilleurs

chavette - 16/05/2014

Avis presse

Cette fiction met en scène une rencontre imaginaire entre le Consul suédois (André Dussollier) qui cherche à convaincre le Général allemand Dietrick Von Cholllitz (Niels Arestrup) de ne pas obéir à l’ordre de détruire Paris devant l’avancée des alliés. Dussollier et Arestrup, ce sont deux montres sacrés du théâtre qui s’affrontent et le résultat est à la hauteur de nos espérances. L’un comme l’autre sont criant de justesse, de profondeur et de sincérité. Et même si le résultat de cette joute est connu, on se surprend à s’angoisser sur l’issue de ce duel. D’autant que la qualité du texte de Cyril Gely nous donne à voir une intelligente progression dramatique à la hauteur du talent des deux comédiens.

AU-THEATRE

25 août 1944 : les troupes alliées sont aux portes de Paris. La capitale doit être détruite sur ordre de Hitler. Cyril Gely imagine la rencontre du général allemand von Choltitz, gouverneur de Paris, et de Raoul Nordling, ambassadeur de Suède en France, qui tente de sauver Paris. Le dialogue serré, intense, tout en finesse, révèle le chemin intérieur d'un homme, de l'obéissance aveugle à la renonciation et la reddition. Niels Arestrup compose un personnage complexe, d'abord enfermé dans sa logique militaire, et dont la carapace se craquelle peu à peu, jusqu'à ce qu'une brèche s'ouvre grâce à l'argumentation pleine de diplomatie de l'ambassadeur. André Dussollier, d'abord timide, devient insidieux, argumente finement, force à raisonner. Cyril Gely a su tirer de cet épisode une situation dramatique haletante, portée par deux excellents comédiens. <b>Sylviane Bernard-Gresh</b>

TELERAMA

map-head

THÉÂTRE DE LA MADELEINE

19 RUE DE SURENE
75008 Paris

Voir la salle
METRO : MADELEINE (lignes 8, 12, 14) / ARRÊT DE BUS : MADELEINE (lignes 24, 42, 52, 94) / Station de Vélib' à proximité / Station Autolib' à proximité / Parkings à proximité

ça peut également vous interesser

  • ASSURANCE REMBOURSEMENT

    ASSURANCE REMBOURSEMENT

  • PLACES SUR PLAN

    PLACES SUR PLAN

  • SERVICE CLIENT

    SERVICE CLIENT

  • PAIEMENT SÉCURISÉ

    PAIEMENT SÉCURISÉ


Chargement ...