Ce spectacle n’est plus disponible

Ce spectacle n’est plus disponible

Présentation

"Qu’est-ce qu’on va faire avec un monde pareil... qui veut ça... qui veut ça... quelques-uns veulent ça..." Après Factory 2 et Persona Marylin, Krystian Lupa entame une nouvelle exploration, avec comme point de départ Catégorie 3.1 de Lars Norén, auscultation quasi ethnographique des marges sociales. Le titre désigne la case réservée aux cas sociaux dans les formulaires de l’administration suédoise. Dans la pièce, alcooliques, drogués, prostitués, psychotiques, SDF, chômeurs peuplent Sergelstorg, une place du centre de Stockholm. Les personnages, en panne d’existence et d’histoire, baignent dans une réalité qui, à la manière d’un acide, les dépersonnalise et fait de la scène le lieu où ils viennent se dissoudre. Ou peut-être se sauver ? C’est la question que veut poser Lupa entouré, pour sa première création en français, de jeunes actrices et acteurs issus d’écoles d’art dramatique francophones. Comme à son habitude, l’improvisation sera au centre du travail : il s’agira pour les acteurs de réinventer leurs rôles en écrivant des monologues intérieurs inspirés par les personnages de Norén, d’explorer les forces de l’irrationnel et du subconscient, et de donner vie sur scène à une réalité pétrie de leurs imaginaires.
Voir plus

SALLE D'ATTENTE - Avis des spectateurs (1)

Rédiger Un Avis

5

A recommander vu le 04/03/2020 - j'ai passé un très bon moment. Pièce très drôle et très bien jouée. Je recommande vivement cette pièce.
Voir plus

Annie - 05/03/2020

SALLE D'ATTENTE - Avis presse

Librement adapté d'une pièce fleuve de Lars Norén, le spectacle de Krystian Lupa ausculte à la loupe un groupe de paumés, drogués et malades mentaux, réunis dans une sorte de parking glauque et tagué. Univers trash de jeunes marginaux, tous en manque et en attente d'un shoot, de vin ou de sexe. Sur scène, aucun récit : seulement des micro-actions entre ces jeunes gens asociaux, le plus souvent saisis dans une intimité dérangeante. On assiste au délitement de leur identité, de leur langue. Ils paraissent évoluer dans les limbes, aux frontières de la réalité. Cette plongée dans les noirceurs de l'âme met le spectateur en situation de voyeur, à la limite de la nausée. Il faut attendre les derniers moments du spectacle pour qu'émergent leur humanité profonde, leur dignité. Une fin qui sauve le spectacle de l'engluement dans l'infra-humain. <b>Sylviane Bernard-Gresh</b>
Voir plus

TELERAMA

METRO : GAMBETTA

ça peut également vous intéresser

Icone de bouclier

Assurance remboursement

Icone de siège

Places sur plan

Icone de casque

Service client

Icone de carte bleue

Paiement sécurisé

Chargement ...