Présentation

Véra, non-voyante de naissance, et créatrice à succès de parfum, vit avec son mari volage et son père en pleine crise d'adolescence. Pour échapper à son caractère cassant, son entourage n'hésite pas à lui mentir et à la spolier. Evidemment, Véra n’y voit que du feu... jusqu’au jour où une opération va lui rendre la vue. Elle ne dit rien à personne pour que tout le monde ait la surprise, mais la surprise est pour elle quand elle comprend, avec l’aide de son nouveau chauffeur, seul dans la confidence, que la réalité n’est pas si belle à voir. Elle décide alors de se venger...

Distribution PLEIN LA VUE

Avis spectateurs

Aucun avis rédigé.
Rédiger Un Avis

Avis presse

Le handicap est un sujet qui pourrait facilement sombrer dans la caricature ou le pathos, mais <i>Plein la vue</i> évite l’écueil et se révèle être une pièce drôle, sympathique et enlevée. Dans un rôle difficile à jouer, celui d’une non voyante, Véronique Genest, très juste, ne verse ni dans le misérabilisme, ni dans l’humour outrancier. Ses partenaires sont parfaits dans des personnages burlesques à souhait. Jean-Luc Moreau, à la mise en scène, a su de son côté apporter le rythme et la touche de folie indispensable au genre. Le spectateur qui cherche une pièce pour rire et se détendre trouve ici une partition sans fausses notes.

AU-THEATRE

Véra est aveugle et riche. Ses père et mari profitent de l’aubaine, remplaçant son Picasso par une croûte et ses robes haute couture par de vieilles hardes. Jusqu’au jour où elle recouvre la vue. Qui est le plus coupable ? Les auteurs de cette farce abjecte ? Le metteur en scène Jean-Luc Moreau qui se galvaude une fois de plus ? Véronique Genest ? Non, Philippe Magnan. Déguisé en Amy Winehouse, il donne plus envie de pleurer que de rire. Pouah ! Comment prévoir qu’il tomberait aussi bas ? <b>Jacques Nerson</b>

LE NOUVEL OBSERVATEUR

Faire, à partir d’un thème plutôt original, une comédie lourdingue n’est pas simple. Pourtant, les auteurs de « Plein la vue » ont très bien réussi. Comme quoi, quand on veut, on peut ! Le sujet ? Véra, aveugle de naissance, vit avec un mari et un père qui profitent de son handicap pour lui mentir et la spolier. Jusqu’au jour où une opération lui rend la vue… Déjà que les facilités abondent dans le texte, que dire de la prestation ridicule de Philippe Magnan en géniteur faisant (tardivement) sa crise d’adolescence ? Le personnage est si caricatural qu’il en perd toute drôlerie. On n’est plus au théâtre, mais à Guignol. Seuls Véronique Genest – qui méritait mieux pour son retour sur scène – et Daniel-Jean Colloredo, parfait dans le rôle du chauffeur dévoué, réussissent à allier naturel et efficacité. <b>Michèle Bourcet</b>

TELERAMA

map-head

THÉÂTRE DE LA MICHODIERE

5 RUE DE LA MICHODIERE
75002 Paris

Voir la salle
METRO : QUATRE SEPTEMBRE (ligne 3), OPERA (lignes 3, 7 et 8) / RER : AUBER (RER A) / ARRÊT DE BUS : OPERA-4 SEPTEMPBRE (bus 20, 21, 27, 29, 52, 53, 65, 68 et 81) / Vélib' à proximité / Autolib' à proximité / Parkings à proximité

Réservez votre parking sur Onepark

ça peut également vous interesser

  • ASSURANCE REMBOURSEMENT

    ASSURANCE REMBOURSEMENT

  • PLACES SUR PLAN

    PLACES SUR PLAN

  • SERVICE CLIENT

    SERVICE CLIENT

  • PAIEMENT SÉCURISÉ

    PAIEMENT SÉCURISÉ


Chargement ...