Présentation

A Lennane, village perdu au nord-ouest de l’Irlande, les deux frères Connor, Coleman et Valene viennent d’enterrer leur père, avec qui ils vivaient jusqu’alors. Sans réelle activité, sans aucune relation sentimentale ou familiale, ils se retrouvent alors face à face dans leur modeste maison pour gérer le quotidien. Pour une raison encore mystérieuse au début de la pièce, à l’un tout a été légué, à l’autre, rien. La haine que les deux frères ressentent l’un pour l’autre depuis l’enfance éclate avec une telle force que le prêtre du village, le père Welsh, a bien du mal à empêcher le pire. Obsédé par son incapacité à faire la paix chez ces deux frères comme dans le reste de sa paroisse, le père Welsh oublie de prêter attention à Girleen, jeune lycéenne en manque de repères.

Distribution L'OUEST SOLITAIRE

Avis spectateurs

Aucun avis rédigé.
Rédiger Un Avis

Avis presse

Haine de l’autre, de soi, peur de la femme, ce sont ces thèmes qui sont ici abordés par Martin McDonagh, mais on n’y croit pas. On aimerait y croire, pourtant, ne serait-ce que pour le jeu impeccable de Bruno Solo et Dominique Pinon, mais leurs dialogues orduriers ne parviennent pas à donner de l'épaisseur à leurs personnages. On aimerait y croire également pour le prêtre et la jeune fille, deux personnages touchants, mais malheureusement à peine esquissés. On aimerait y croire enfin pour la mise en scène et le décor efficaces, mais qui ne suffisent pas pour nous donner à voir une proposition véritablement intéressante.

AU-THEATRE

Cet “Ouest solitaire” n'est pas situé dans le Far West. C'est un coin perdu en Irlande, très noir. Deux frères, restés infantiles, machos et grossiers, faute d'avoir rencontré une femme qui les civilise, s'invectivent en dessous de la ceinture, ce qui déclenche force rires gras. Une jeune collégienne, tout aussi solitaire mais très frivole, attise leurs appétits. Le curé cherche à apporter un peu de lumière et de morale dans cet univers de brutes. Le spectacle ne fait pas dans la dentelle. Dominique Pinon utilise tous les effets possibles pour accentuer son rôle du "mec" alcoolo et obsédé par sa virilité. Bruno Solo est un peu plus sobre mais avale les syllabes. Pierre Berniau manque de charisme. Elsa Rozenknop est très crédible en lolita des coins paumés. <b>Sylviane Bernard-Gresh</b>

TELERAMA

map-head

THÉÂTRE MARIGNY POPESCO

1 AVENUE MARIGNY
75008 Paris

Voir la salle
METRO : CHAMPS ELYSEES CLEMENCEAU

ça peut également vous interesser

  • ASSURANCE REMBOURSEMENT

    ASSURANCE REMBOURSEMENT

  • PLACES SUR PLAN

    PLACES SUR PLAN

  • SERVICE CLIENT

    SERVICE CLIENT

  • PAIEMENT SÉCURISÉ

    PAIEMENT SÉCURISÉ


Chargement ...